Effets secondaires éventuels des aliments verts

Effets secondaires éventuels des aliments verts 300x225 - Effets secondaires éventuels des aliments verts

Incidences sur la thyroïde

Les goitrigènes sont des composés naturellement présents dans les aliments, qui inhibent la synthèse des hormones thyroïdiennes. Les glucosinolates font partie de ce groupe. Toutefois, les goitrigènes alimentaires, que nous absorbons en mangeant des légumes crucifères, atteignent rarement dans le sang un niveau susceptible de nous causer des ennuis. Néanmoins, les individus qui présentent des problèmes de thyroïde ou qui souffrent d’une déficience en iode devraient se renseigner auprès de leur médecin afin de savoir quel genre de nourriture éviter. Les autres aliments contenant des goitrigènes sont le manioc, le sorgho, le maïs et le millet. C’est le manioc qui renferme le taux le plus élevé de goitrigènes, et les populations qui en consomment en grandes quantités ont appris à le tremper, le sécher et le réduire en poudre pour en éliminer les éléments nocifs pour la thyroïde.
Grossesse et allaitement
Je n oublierai jamais ma surprise lorsque, en changeant mon fils de trois mois, que j’allaitais, je trouvai sa couche souillée fortement empreinte d’une odeur tout à fait semblable à celle du chou trop cuit. J’étais une jeune maman, à l’époque, et, avec mon diplôme de biochimie, je croyais tout savoir. De surcroît, mon bébé se montrant grincheux ce matin-là, je finis par penser que tout cela était sans doute dû à mon repas de la veille : du chou. Je me vis ainsi forcée de reconnaître que les conseils « de bonne femme » des mères plus expérimentées que moi étaient loin d’être injustifiés.
Lors de recherches pratiquées sur les animaux, les scientifiques ont découvert que les glucosinolates issus des crucifères imprégnaient la barrière placentaire et les glandes mammaires, phénomène qui protégeait ainsi les petits de l’attaque de plusieurs cancers. Des recherches à l’université du Minnesota l’ont confirmé : les mères qui allaitent et qui mangent des légumes crucifères peuvent provoquer des coliques a leur bébé.
Cela veut-il dire que l’on ne doit pas absorber ce genre de légumes durant la grossesse ou l’allaitement ?
Non, bien entendu. Cela signifie simplement qu’une jeune mère devra suivre de plus près sa charte de couleurs, en apportant à son enfant les glucosinolates que son type corporel transforme le mieux. En ce qui me concerne, je n’aurais jamais dû manger de chou car je suis un type Vata Qaune) et que le chou vert n’est décidément pas ma couleur.

Interactions médicamenteuses

Les aliments fermentes, dont la choucroute, peuvent engendrer quelques problèmes chez les personnes souffrant d’allergies. La fermentation des crucifères produit en effet un taux élevé de tyramine, un neuropeptide qui augmente la tension et provoque des suées, des palpitations et des maux de tête chez les individus sensibles. La tyramine accentue aussi l’effet des inhibiteurs de monoamine-oxydase (MAO), comme la phénelzine, que l’on utilise dans le traitement de la dépression. L’îsoniazide renferme aussi quelques inhibiteurs de MAO (IMAO), et les patients qui prennent ces médicaments devraient éviter les aliments contenant de la tyramine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Effets secondaires éventuels des aliments verts | Regime Colore | le pouvoir des nutraceutiques pour la santé