Category Archives: Herbes, épices, condiments et boissons

Les herbes et les épices peuvent :
• renforcer le goût des aliments et réduire le besoin de sel
• limiter l’appétit, augmenter l’absorption de la nourriture par l’organisme et améliorer les fonctions intestinales
• aider à perdre du poids
• modérer l’assimilation du cholestérol par le côlon
• fournir des antioxydants, des phyto-cestrogènes et des phyto-progestines
• prévenir les nausées
• retarder la détérioration des aliments et détruire les micro-organismes porteurs de maladie.

Il est passionnant de constater que les herbes et les épices ont non seulement le pouvoir de retarder la détérioration des aliments, mais sont aussi capables de prévenir l’attaque des radicaux libres dans notre corps. Passons en revue certaines des études qui ont révélé ces propriétés bénéfiques. Une équipe de recherche a testé un mélange d’herbes aromatiques : romarin, thym, estragon, basilic, sarriette, fenouil, lavande et marjolaine. Les scientifiques ont alors découvert que ces herbes réduisaient de 50 % les dommages causés par les radicaux libres. Des chercheurs indiens ont donné à dix personnes saines et dix patients souffrant de coronarite deux tasses de lait
contenant une pincée de safran (50 mg), chaque jour pendant six semaines. A la fin du test, les cellules sanguines des deux groupes ont manifesté une réduction sensible des méfaits ravageurs des radicaux libres. Cependant, les patients atteints de coronarite en ont tiré le maximum de bienfaits.

Acheter, conserver et cuisiner ces aliments

Acheter, conserver et cuisiner ces aliments

La plus grosse erreur que nous faisons tous avec les herbes et les épices est de vouloir les conserver long-temps. Les épices entières garderont leur parfum plus longtemps que celles qui sont coupées ou pulvérisées. Donc, essayez de les moudre vous-même, si cela est possible. Si vous achetez des herbes fraîches, traitez-les comme un bouquet de fleurs : coupez-leur le bout de la tige et placez-les au frais. Les plantes à feuilles comme le persil devront être soigneusement nettoyées. Coupez-en la tige et séchez les feuilles avant de les ranger dans un sac de plastique alimentaire, dans le bas du
réfrigérateur. Les herbes sèches en flacon ne se gardant pas plus de six mois, achetez-les par petites quantités si vous ne les utilisez pas souvent.
Vous pouvez garder les infusions – tisanes et thés – dans une boîte en verre ou en métal, dont le couvercle sera bien étanche. Ne les conservez pas plus de six mois. Et, si vous aimez le café, achetez-le en grains et moulez-le juste avant de l’utiliser.

Effets secondaires éventuels de ces aliments

Effets secondaires éventuels de ces aliments

Herbes et épices

Certaines personnes peuvent être sensibles à des épices bien précises. Voici une liste des familles d’épices connues pour provoquer des réactions allergiques :
Apiacées : angélique, anis, carvi, carotte, céleri, céleri-rave, cerfeuil, coriandre, cumin, aneth, fenouil, persil, panais.
Pipéracées : poivre noir, blanc, rouge et vert, poivre long.
Solanacées : poivre de Cayenne, piment vert et rouge, paprika.
Composées : camomille, chicorée, pissenlit, tournesol, estragon.
Quelques cas de dermatite ont été remarqués chez des personnes ayant cueilli du romarin a mains nues, à cause des ses huiles extrêmement volatiles. Cependant, une utilisation culinaire et cosmétique de cette herbe ne devrait poser aucun problème.

Condiments

Évitez ceux qui ne sont pas votre couleur et, surtout, rappelez-vous que les épices et les herbes sont beaucoup plus indiquées pour donner de la saveur à vos aliments. Si vous avez l’habitude d’ajouter de la mayonnaise à vos légumes, essayez un jus de citron frais, à la place. C’est de cette manière que j’ai réussi à faire manger des légumes à mes enfants !

Boissons

Nous avons parlé plus haut des différents problèmes que pouvait causer le café. Les boissons gazeuses en posent d’autres, même si elles ne contiennent pas de caféine. Beaucoup d’entre elles renferment des phosphates qui interfèrent avec l’absorption du calcium et son utilisation par l’organisme. D’autre part, elles sont souvent trop sucrées.

Sauces et condiments

Sauces et condiments

Ajoutées aux sauces que vous pourrez préparer vous-même, les épices du tableau ci-dessus vous aide-
ront à mieux tolérer les aliments « hors couleur » que vous risquez de rencontrer. Par exemple, les Vata ont du mal à digérer le chou vert ; le fait d’ajouter de la sauce de prune, du vinaigre ou du ketchup à du chou cuit à la vapeur vous évitera d’avoir des gaz. Les Vata peuvent aussi améliorer leur digestion de légumes et légumineuses en y ajoutant, pendant la cuisson, des graines de carvi ou de fenouil. Le chou à l’aigre-douce est nettement meilleur pour les types Vata, et les Pitta le toléreront tout aussi bien, surtout s’ils choisissent du chou rouge au lieu du vert. Les Kapha, quant à eux, peuvent en apprécier n’importe quelle sorte. Toutefois, les plats à l’aigre-douce ne leur conviendront pas car ils ne tolèrent ni le vinaigre ni le sucre. Le tableau suivant dresse une liste des sauces et condiments les plus connus, en précisant lesquels sont utilisables par chacun des types. D’un point de vue nutritionnel, les condiments offrent peu de bienfaits et sont à utiliser à l’occasion.
Il est nettement préférable d’utiliser des épices et des herbes pour donner de la saveur aux aliments plutôt que d’y ajouter des condiments. La plupart de ceux qui sont cités plus haut contiennent des additifs, des sucres et d’autres ingrédients qui les rendent inappropriés à un usage quotidien. Quant au ketchup, autant choisir des marques sans sucre et avec un minimum de sel. En achetant de la mayonnaise, évitez celles qui sont fabriquées avec de l’huile de colza. Il en existe aussi sans
œufs, et peu salées. On peut trouver tous ces condiments faits à partir d’ingrédients biologiques.

Les boissons

Les boissons

Le lait, le thé, les jus de fruits et légumes, et les bienfaits qu’ils procurent ont été présentés dans les chapitres précédents. Le café et le thé sont les boissons les plus consommées à travers le monde. Elles ont été analysées de long en large, tant pour leurs effets bénéfiques que nocifs.

Le café

Les boissons à la caféine comme le café, le thé et les colas, sont appréciées principalement parce qu’elles stimulent le système nerveux, qui contrôle les actions du cerveau, des glandes et des organes. Les effets de ces boissons portent sur la tension artérielle, le rythme cardiaque, la motilité et la sécrétion gastro-intestinales, la transpiration, la température du corps et le rythme respiratoire, des phénomènes que tout buveur de ce genre de boissons a déjà expérimentés. Toutefois, l’effet le plus puissant de la caféine concerne le cerveau. Elle augmente la vigilance et rehausse l’humeur – autrement dit, elle donne du pep ! Elle procure de l’énergie et aide à la concentration – du moins, si l’on n’en abuse pas. Car, dans ce cas, la caféine peut rendre une personne nerveuse, agitée et insomniaque. Les effets de la caféine provenant du thé et du café sont sensiblement les mêmes, le thé provoquant cependant moins d’insomnies, selon une étude récemment réalisée par des
chercheurs britanniques.
La caféine resserre les vaisseaux sanguins et réduit la circulation du sang vers le cerveau, ce qui peut provoquer des maux de tête et diminuer la mémoire à court terme. Paradoxalement, le café peut aussi soulager la migraine et accroître jusqu’à 40 % l’action des remèdes antidouleur. Ces effets sont plus prononcés chez les gens âgés. Et, bien que la caféine soit une substance créant une dépendance et des changements d’humeur, elle ne laisse aucune trace dans l’organisme dès qu’on
cesse d’en absorber.
Le café peut aussi avoir des effets nuisibles sur la tension et les lipides sanguins, tous deux étant des facteurs de risque de maladies cardio-vasculaires. Une équipe de recherche néerlandaise a rapporté que la consommation d’un litre de café par jour chez 64 personnes saines, âgées de quarante ans, avait élevé de 10% leur taux d’homocystéine dans le sang. L’homocystéine est considérée comme un indicateur de risque de maladies cardio-vasculaires. On avait utilisé pour cette étude du café sous pression, non filtré. La façon dont le grain est moulu fait-elle une différence ? Oui, selon un groupe de chercheurs espagnols. Il semblerait que les constituants qui causent ces effets nuisibles
soient plus concentrés dans le café non filtré que dans celui qui s’écoule à travers un filtre.
D’autres scientifiques ont découvert que boire plus de deux tasses de café par jour est sans danger, mais risque de causer des troubles chez ceux dont les enzymes du foie sont affaiblies, ou dont la tension est élevée.
Pour les hommes, le fait de boire du café peut être associé au développement du cancer de la prostate. Au cours d’une enquête s’étalant sur deux ans et impliquant 3 400 hommes, des chercheurs canadiens ont estimé que le risque de contracter ce cancer augmentait de 40 % avec une prise quotidienne de café. L’arthrite rhumatoide est également liée à la consommation de café. À l’issue d’une étude réalisée sur 18 981 hommes et femmes, des scientifiques finlandais ont déclaré que quatre tasses de café (ou plus) par jour augmentaient également les risques d’arthrite rhumatoïde.
Un autre effet néfaste de la caféine est d’affaiblir le sphincter, le muscle qui ferme le canal urinairc. Deux études ont montré que, plus une femme boit de café, plus elle risque de souffrir d’incontinence. Bien que ce symptôme ait tendance à s’accroître avec l’âge, il a été remarqué chez des jeunes femmes qui buvaient au moins entre 100 et 400 mg de caféine par jour. Quant à celles qui en absorbaient davantage, le problème s’avérait bien sûr nettement plus important. Le café a aussi un grand nombre d’avantages. Le Dr Edward Giovannucci et ses confrères de la Harvard Médical School, à Boston, ont découvert que cette boisson semblait réduire la formation de calculs biliaires. Après avoir analysé des données portant sur dix ans de recherches réalisées auprès de 46 008 hommes, ils ont conclu que ceux qui buvaient deux ou trois tasses de café par jour avaient un risque de calculs biliaires diminué de 40 %, par rapport à ceux qui n’en prenaient pas régulièrement. Et, ceux qui en buvaient quatre tasses ou plus voyaient ce même risque baisser de 45 %. Un des phytochimiques présents dans le café, le cafestol, peut affecter la concentration du cholestérol biliaire et
diminuer la synthèse des sels biliaires, prévenant ainsi la formation de calculs. Le café stimule le transit intestinal, et peut contribuer à prévenir le cancer du côlon. D’autres recherches ont montré que la consommation de café (au moins 1 litre de café par jour) pouvait diminuer de façon sen-
sible l’occurrence de la maladie de Parkinson.
D’autres bienfaits sont liés au café : diminution de l’acide urique, un des facteurs responsables de la goutte ; réduction de l’absorption du fer, un facteur de risque de maladies cardio-vasculaires chez certaines personnes. Toutefois, les femmes qui ont besoin de fer doivent tenir compte du fait que boire du café au milieu des repas peut diminuer l’assimilation du fer et du calcium. Toutes ces données peuvent vous paraître un peu confuses, mais sachez que je vous rapporte ici les « dernières nouvelles » sur le café. Voici quelques conseils qui vous aideront à équilibrer vos couleurs :
• Le café normal (non décaféiné) est à éviter si vous êtes du type Vata ou Pitta.
• Buve:-en de façon modérée ; une à deux tasses par jour ne feront pas de tort aux Kapha, surtout s’il est filtré.
• Le café décaféiné a moins d’impact sur le système nerveux, et peut être plus souhaitable pour les
Vata.
• Si vous avez de la tension, de l’arythmie cardiaque, du diabète ou si vous souffrez des reins,
éliminez totalement le café.
• Évitez d’y ajouter du sucre ou de la crème, si vous êtes du type Kapha.

Les tisanes

Leurs bienfaits sont depuis longtemps indiscutables. Plusieurs, parmi les plus connues, sont citées dans le tableau des herbes et des épices. Les recherches réalisées sur la menthe, le carvi et la camomille ne manquent pas d’intérêt. La menthe poivrée est traditionnellement recommandée aux personnes souffrant de dyspepsie, de crampes et de maux d’intestins. L’huile de menthe, en particulier, a donné des résultats très positifs dans le cas d’irritations intestinales. Des cher-
cheurs allemands ont testé 118 patients souffrant d’infections gastriques. On a administré à la moitié d’entre eux un médicament pour les intestins, tandis que l’autre moitié était soignée avec une préparation d’huile de carvi et de menthe. Les deux groupes ont bien réagi à leur traitement, et les huiles à base d’herbes se sont avérées aussi efficaces que le médicament. L’huile de menthe poivrée a aussi la capacité de soulager les nausées postopératoires.

Les sucres et les édulcorants

Les sucres naturels comme le fructose, le sirop d’érable et la mélasse, ont un index glycémique très
élevé (voir le chapitre 9) et doivent être utilisés avec modération. Les édulcorants artificiels, dont l’aspartam, ont tous des effets secondaires et doivent donc être évités.

Quels sont vos aliments-couleur ?

Quels sont vos aliments-couleur

Épices et herbes

Types Vata

Vous pouvez manger toutes les herbes et les épices, excepté l’ail.

Types Pitta

Évitez le basilic, le laurier, la marjolaine, l’origan, le romarin, la sauge et le thym, ainsi que les épices trop relevées telles que le poivre de Cayenne, le paprika et la moutarde.

Types Kapha

Évitez les mélanges d’épices qui contiennent du sel ou du sucre.

Condiments et sucres

Types Vata

Vous pouvez manger tous les condiments que vous voulez, mais évitez ceux qui sont artificiels.

Types Pitta

Évitez les condiments qui contiennent du sel, du vinaigre et du piment. Tous les sucres sont bons pour vous sauf ceux qui sont artificiels.

Types Kapha

Vous pouvez manger de tous les condiments, excepté ceux qui sont acides, salés ou fermentes comme la sauce de soja. Évitez les sucres autant que possible.

Boissons

Types Vata et Kapha

Les meilleures infusions pour vous seront le gingembre, la cannelle, le clou de girofle, la cardamome, le zeste d’orange, la menthe, la camomille, le ginseng et l’hibiscus.

Types Pitta

Les infusions qui vous sont le plus bénéfiques seront la luzerne, la mûre, la bourrache, le chrysanthème, le pissenlit, le thé vert, la réglisse, la guimauve, l’ortie, la framboise, le trèfle rouge, la rose, le safran, la salsepareille et la fraise.

Types Kapha

Les meilleures infusions, en plus de celles mentionnées pour les Vata et les Kapha, seront la bardane, l’eucalyptus, le fenugrec et la graine de genièvre. Le café peut être consommé de façon modérée.

Herbes, épices, condiments et boissons | Regime Colore