Category Archives: Les aliments blancs

Les aliments du groupe blanc forment le tiers de votre pyramide alimentaire et fournissent des huiles et des protéines essentielles qui, comme les aliments fauves, vont servir à compléter vos couleurs principales. Les Américains et les Européens ont l’habitude de préparer chaque jour le plat principal autour d’une viande, d’une volaille ou d’un poisson et, automatiquement, cela procure à ces aliments une priorité nutritionnelle qu’ils ne devraient pas avoir. Pendant que vous mettez en pratique votre plan de Régime Arc-en-ciel, rappelez-vous que ces aliments sont « blancs », contrairement à l’importance qu’on leur accorde trop souvent. Sans aller jusqu’à dire qu’ils sont inutiles, j’estime qu’ils ne constituent pas une nourriture essentielle. Je souligne à nouveau la nécessité d’articuler vos repas autour de vos couleurs principales – rouge, jaune ou vert — et des aliments fauves complémentaires, qui représentent les composants principaux de votre plan de régime ainsi que la base de la pyramide alimentaire.

Les bienfaits des œufs et des laitages

Les bienfaits des œufs et des laitages 300x152 - Les bienfaits des œufs et des laitages

Le jaune d’œuf est une excellente source du caroténoïde jaune, la lutéine, qui lui donne sa couleur. Sans surprise, c’est un aliment parfait pour les types Vata. Des études ont toutefois montré qu’une consommation quotidienne de jaune d’œuf augmentait sensiblement le taux de LDL. Des suppléments de lutéine (6 mg par jour) constitueraient une excellente façon de protéger la macula de vos yeux (voir chapitre 5).
D’autre part, l’absorption par l’organisme de vitamines liposolubles s’améliorera si on y associe des
graisses, mais il vaut mieux éviter d’ajouter celles-ci à votre alimentation si vous prenez des suppléments vitaminiques. Il suffit de les avaler avec un repas contenant un peu de matières grasses.
Le DHA, ou acide docosahexaénoïque, est l’acide gras à chaîne longue le plus important pour le cerveau, les yeux et le cœur. Dans le cerveau, le DHA est Hé aux lipides membranaires et participe étroitement à la communication entre les neurones. Dans les yeux, le DHA s’associe aux bâtonnets rétiniens et affecte certaines fonctions visuelles dont l’adaptation à l’obscurité. Dans le cœur, le DHA est situé dans les centres nerveux qui contrôlent les battements de ce muscle. Toutes ces propriétés font du DHA l’un des plus importants acides gras essentiels à la santé. Nous n’en absor-
bons pas beaucoup dans notre alimentation, mais il est possible d’en augmenter la dose en mangeant des œufs de poules nourries avec des algues riches en DHA. Un œuf contient 150 mg d’acide gras – et 20% de nos besoins journaliers en vitamine E -, ce qui équivaut à la quantité minimale de DHA que nous devrions ingérer chaque jour. On peut aussi trouver cet acide gras dans le poisson, les huiles de poisson et dans les algues marines. Les laitages fermentes comme le yaourt, le fromage blanc, le kéfii et le babeurre fournissent diverses variétés de lactobacilles et de bifidobactéries, bénéfi-
ques pour la santé. En plus de leur haute valeur nutritive, les laitages fermentes sont dotés de puissantes propriétés thérapeutiques. Aujourd’hui, nous profitons des bienfaits de ces laitages, mais il est toutefois conseillé de n’acheter que les produits contenant des cultures vivantes, ce qui doit être indiqué sur l’emballage. Selon les bactéries utilisées, les yaourts auront des saveurs différentes. Il est conseillé de choisir des laitages avec peu ou pas de matière grasse, et, de préférence, ceux qui ont des parfums et des colorants naturels. Tous les types peuvent consommer ces produits laitiers, les types Kapha devant néanmoins veiller à ne pas en abuser.
A présent, nous allons expliquer comment fonctionnent ces « bonnes » bactéries, et pourquoi il est bénéfique de manger des aliments fermentes. Les probiotiques sont des cultures de bactéries variées qui ont un impact positif sur le métabolisme cellulaire du côlon. Parmi celles-ci, on trouve plusieurs espèces de lactobacilles : Acidop/uius, Casei, Bulgaricus, Thermophilus et les sporogènes. Les cultures de lactobacilles ont le pouvoir de réduire les diarrhées dues à la « turista » des voyageurs, de parer aux intolérances au lactose, de réduire les mycoses, et d’éviter les effets
secondaires des antibiotiques.
La fonction de ces derniers étant de tuer toutes les bactéries, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, la flore intestinale est donc détruite en même temps que les bactéries pathogènes, et l’environnement du côlon s’en trouve sévèrement altéré. Les laitages fermentes sont donc un complément indispensable à tout traitement antibiotique, et permettent d’en renforcer les effets.

Les poissons et leurs huiles : des agents préventifs contre la maladie

Les poissons et leurs huiles des agents préventifs contre la maladie 300x200 - Les poissons et leurs huiles : des agents préventifs contre la maladie

Les maladies cardio-vasculaires

De nombreuses données, réunies entre 1959 et 1996, ont fait apparaître le lien étroit qui existait entre une alimentation riche en huiles marines et le faible taux des maladies de cœur parmi les Indiens d’Amérique. Des recherches, sur l’alimentation des Inuits en particulier, se sont révélées d’un grand intérêt car ces populations présentaient des taux extrêmement faibles de diabète, malgré une grande consommation de graisses.
On a constaté en effet que la consommation quotidienne de poissons gras, surtout ceux qui proviennent des eaux froides, comme le saumon, le hareng, le thon, l’anchois, le maquereau et la truite, avait le pouvoir d’augmenter le taux de HDL (agent du « bon » cholestérol), de baisser celui du cholestérol total, et d’augmenter la viscosité du sang. Une autre étude intéressante a été réalisée sur des populations de sept régions du monde, s’étalant cette fois sur vingt-cinq ans. On a cherché à identifier quels facteurs diététiques, à part le fait de manger du poisson, pouvaient prévenir les maladies cardio-vasculaires. Les scientifiques ont découvert que les Néerlandais et les. Finlandais étaient ceux qui consommaient le plus de produits laitiers, et affichaient le taux le plus élevé de
décès dus à des maladies cardio-vasculaires, soit 268 pour 1 000. D’autre part, ceux qui présentaient le taux le plus bas de décès dus aux mêmes causes étaient les Cretois : 24 pour 1 000. Ces gens, comme ceux d’Italie, avaient une alimentation riche en poisson, légumes, légumineuses et huile d’olive, avec une faible consommation de vin. C’est ainsi que cette étude et celles qui ont suivi ont donné naissance au concept de la fameuse « alimentation méditerranéenne -, dont nous vous présentons la pyramide.
Des taux très bas de maladies cardio-vasculaires ont été notés au Japon, également, que l’on a associés à une importante consommation de soja, de céréales et de poisson. En comparaison, le taux élevé de ces maladies chez les Américains a été directement lié à leur trop grand amour pour la viande, les produits laitiers et les aliments traités.

Les aliments blancs | Regime Colore | le pouvoir des nutraceutiques pour la santé