Les six saveurs

Les six saveurs 300x227 - Les six saveurs

Le sucré

Les aliments sucrés sont considérés comme les plus nourrissants. Cela ne veut pas dire que manger des produits sucrés est une bonne chose, car ceux-ci sont énergiquement « froids » et créent des carences nutritionnelles. Ils ôtent du corps les vitamines et les minéraux essentiels dont nous avons précisément besoin pour assimiler les sucres. Par aliments sucrés, dans l’ayurvéda, nous entendons des hydrates de carbone complexes tels que les céréales complètes, le pain, les pâtes et le riz, qui contiennent ou sont enrichis des vitamines et minéraux essentiels à notre organisme. Ces aliments forment la base de la pyramide nutritionnclle de l’ayurvéda, exactement comme dans l’alimentation
occidentale. La plupart des fruits sont sucrés, ainsi qu’un certain nombre de légumes. Les produits laitiers, les graines, les fruits secs, les poissons d eau douce, la volaille et le bœuf sont aussi considérés comme des aliments sucrés.
Le sucre est la saveur que nous apprécions généralement le plus. Ce n’est pas un hasard si la plupart des snacks et des goûters en contiennent des quantités considérables. Manger un produit sucré satisfait notre faim immédiate, augmente notre énergie (du moins temporairement) et accroît le taux de substances chimiques calmantes dans le cerveau. Le Régime Arc-en-ciel reconnaît le besoin d’en-cas, spécialement pour certaines couleurs, et il nous fournit un grand choix d’aliments sucrés destinés à les remplacer. Les types Vata et Pitta tirent des bienfaits du sucre alors qu’un excès de ce produit déséquilibre les Kapha et conduit à des troubles graves, tels que l’obésité et le diabète.

L’acide

Le citron et le pamplemousse sont acides. Quoique plus sucrées, les oranges le sont aussi. Les laitages fermentes, dont le babeurre, le yaourt et le fromage blanc, sont des aliments au goût acide – ou aigre. Ces produits aigres sont bons pour les types Vata, et une petite quantité de fruits acides iront bien aux Kapha, qui seront malgré tout très limités quant aux laitages. Les Pitta, eux, devront éviter tout ce qui a un goût acide. Les aliments de ce groupe stimulent l’appétit en favo-
risant la sécrétion de salive et de sucs gastriques. Vous vous êtes d’ailleurs certainement senti saliver lorsque quelque chose d’acide vous est venu sur la langue.

Le salé

Voici une autre saveur qui nous est très familière. Les aliments naturellement salés tels que les algues sont utilisés traditionnellement pour purifier le corps et tonifier les glandes surrénales, les reins, la prostate et la thyroïde. Les algues marines contiennent aussi du potassium, de l’iode et d’autres minéraux qui aident à équilibrer la teneur en sodium. Les aliments naturellement salés n’ont rien à voir avec le sel tel que nous le connaissons et le consommons, une substance totalement purifiée et dénuée de ses éléments naturels et équilibrants. Les types Kapha, qui doivent normalement bannir le sel, peuvent néanmoins, et en toute tranquillité, manger du varech et d’autres algues marines.
Les aliments salés stimulent la digestion, et on les retrouve traditionnellement ajoutés à de nombreux plats asiatiques. Les Japonais font bon usage des propriétés digestives des algues en les combinant avec du ru, des légumes et du poisson pour la préparation des sushi. Ils utilisent aussi l’umehoshi, une petite prune noire et salée, comme condiment digestif ajouté aux mets plus lourds. Les cuisiniers asiatiques font aussi grand emploi de la sauce de soja, fabriquée à partir de
la graine fermentée, pour parfumer les aliments et les rendre plus digestes. Le sel naturel est également utilisé comme condiment. N’étant pas raffiné, il garde tous ses précieux minéraux.
Le sodium et le potassium actionnent des « pompes » capables de contrôler le flot des impulsions nerveuses et des mouvements moléculaires à travers les membranes. Pour un bon métabolisme, ils doivent tous deux être en parfait équilibre. Ainsi, lorsque nous mangeons des plats trop salés, nous stoppons la communication intercellulaire, ce qui a pour effet, entre autres, d’empêcher la circulation des fluides. Les reins ne pouvant plus accomplir leur travail de nettoyage, les fluides
retournent dans les tissus, créant une tension sur les vaisseaux sanguins et tous les organes. Ainsi, ne parvenant plus à se débarrasser de ses toxines, le corps ralentit ses fonctions, et nous tombons malade. D’un point de vue à la fois oriental et occidental, manger trop salé est mauvais pour l’organisme. Toutefois, ajouter des aliments naturellement salés aux programmes de régime des types Vata stimulera leur digestion souvent lente. Pour les Kapha qui sont sujets à la rétention d’eau, les saveurs salées ne doivent pas trop intervenir dans leurs menus. Les Pitta, quant à eux, devraient carrément éviter les aliments et les condiments salés car ils sont trop échauffants pour leur élément (le feu).

L’âcreté

La plupart des gens ont une aversion pour cette saveur. C’est l’impression que vous ressentez lorsque
vous croquez dans une feuille d’artichaut cru, dans une asperge crue ou dans du chou-fleur, du chou de Bruxelles ou du radis noir. Vous éprouvez aussi cette sensation piquante avec du gingembre, de la moutarde, du curry et du piment en poudre, du fenugrec, du basilic ou du romarin. Les aliments piquants ayant un pouvoir extrêmement curatif, on en adoucira le goût relevé en les cuisant. Beaucoup des épices que nous aimons sont acres, et vous apprendrez à vous en servir pour rétablir votre couleur lorsqu’elle sera en déséquilibre.
Les aliments acres renferment les puissants phytochimiques dont nous avons parlé dans les chapitres précédents. Ils contiennent des composés organo-sulfureux (aliments verts) et des caroténoïdes (aliments jaunes).
Comme vous l’aurez deviné, ils sont excellents pour les types Kapha et, à un moindre degré, pour les Vata, et ce sont leurs phytochimiques qui leur procurent leur goût. En revanche, les épices acres sont trop fortes pour les Pitta, et certains aliments, dont la betterave, l’ail et l’aubergine, ne leur conviennent pas.
Les aliments acres ont des effets exactement opposés à ceux des aliments salés : ils régulent la circulation des fluides dans les tissus. En conséquence, ils sont parfaitement indiqués pour les types Kapha. D’autre part, ils ont un pouvoir décongestionnant au niveau de la tête et des voies respiratoires supérieures. L’impression « cotonneuse » qui accompagne souvent les rhumes ou les crises d’allergie peut être soulagée par des aliments piquants. Les Vata doivent cependant en user avec parcimonie car elles peuvent les rendre nerveux au point de les empêcher de dormir.
Les aliments verts les plus acres – les choux de Bruxelles, le chou-fleur et le chou – ont un effet similaire sur les Vata. Beaucoup de gens qui sont de ce type ont une aversion naturelle pour ces légumes.

L’amertume

Cette saveur est conseillée aux types Pitta, ainsi qu’aux Kapha à qui elle convient très bien. Les aliments amers tendent à fatiguer les Vata, qui deviennent agités et craintifs s’ils en consomment en trop grandes quantités. L’amertume est la sensation que vous obtenez lorsque vous mangez des légumes à longues feuilles tels que l’arugula, le chou frisé, l’endive ou l’épinard, surtout s’ils sont crus. Les épices amères comprennent le cumin, la coriandre, les graines de fenouil et l’estragon. Le chocolat non sucré, le café, le thé vert et le thé noir ont aussi un goût amer. Nous sommes naturellement attirés par ces aliments après un repas trop lourd. Toutefois, seuls les Kapha peuvent boire du café – sans en abuser, néanmoins. Le thé est bien toléré par les types Pitta et Kapha, tandis que le thé épicé sera meilleur pour les Vata.
Les boissons amères devraient être consommées après les repas car elles aident à digérer. De même, les herbes amères sont traditionnellement utilisées pour leurs propriétés digestives. Les toniques connus pour leur amertume contiennent, comme ingrédient principal, des herbes telles que la gentiane, le fenugrec et la menthe poivrée. Les types Pitta apprécieront tout spécialement ces boissons amères après les repas.

L’astringence

Lorsque nous goûtons un aliment acide, nous salivons et nous sécrétons des sucs gastriques. Avec
l’astringence, il se passe exactement le contraire : cette saveur a pour effet – saisissant – de diminuer la production de sucs et de salive. Les germes de luzerne, le brocoli et le trèfle rouge sont astringents. Nous aimons l’impression de croquant qu’ils produisent quand nous en parsemons les salades ou les sandwichs. Le céleri, le concombre, l’aubergine, la laitue, les champignons et
le soja sont des aliments astringents. Beaucoup de fruits le sont également, dont la pomme, l’avocat, les baies, la canncberge, le raisin, la poire, la pêche, le kaki et la grenade. Les herbes et les épices astringentes comprennent l’aneth, la marjolaine et l’origan. Plusieurs substances médicinales importantes sont astringentes, dont les extraits de pépins de raisin et d’écorce de pin, le resveratrol et l’aloès. Ces substances ont, entre autres qualités, une propriété anti-inflammatoire.
Ces aliments sont bons pour les types Pitta car l’astringence est traditionnellement utilisée pour purifier les fluides corporels – le sang, la lymphe et la sueur, lis ont aussi le pouvoir de prévenir les fuites capillaires et de cicatriser la peau et les muqueuses. Les phytochimiques présents dans les épices et les aliments astringents sont des antioxydants polyphénoliques, qui protègent le système cardio-vasculaire, améliorent la circulation, stimulent les réactions immunitaires et pré-
viennent certains types de cancer.
Les aliments astringents sont aussi bénéfiques aux types Kapha car ils réduisent l’humidité et augmentent la mobilité physique. Ce sont d’excellents expectorants, des antihistaminiques et des diurétiques. Sans surprise, ils peuvent causer des ennuis aux Vata s’ils en consomment en excès.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les six saveurs | Regime Colore | le pouvoir des nutraceutiques pour la santé