Tag Archives: alimentation

Une sélection d’aliments rouges

Une sélection daliments rouges 300x225 - Une sélection d'aliments rouges

Maintenant, il vous faut une liste personnalisée pour l’achat de vos aliments, boissons, épices et condiments. Ce tableau les répertorie par couleur, en ajoutant quelques commentaires de cuisson.

Les légumes

Les légumes rouges qui vous conviennent sont assez limités. Puisque les tomates sont trop acides, et le
piment, les betteraves et les aubergines trop acres et échauffants, les seuls aliments rouges qui vous conviendront sont la trévise et les poivrons rouges. Cependant, vous pouvez manger pratiquement tous les légumes jaunes, orange et verts que vous voulez, et les légumineuses apporteront les phytochimiques essentiels à votre organisme. Par ailleurs, n’oubliez pas que les fruits constituent l’autre aliment important des types Pitta.

Les fruits

Les principaux fruits pour les Pitta sont les baies rouges, bleues et noires, les cerises, les quetsches, les figues, le raisin, les grenades et le melon. Vous pouvez aussi manger tous les fruits secs, de préférence ceux qui n’ont pas été sulfurisés. Les agrumes et les fruits tropicaux jaunes ou orange sont également bons pour vous, à l’exception des pamplemousses, des bananes, des pêches et des papayes. Tous les fruits verts tels que les melons, le raisin, les reines-claudes et les kiwis vous
sont aussi conseillés.

Les aliments fauves : céréales» grains, pain et légumineuses

Les aliments fauves sont les plus importants pour les types Pitta. Un programme végétarien bien équilibré composé de plusieurs sortes de légumineuses, de graines complètes, de pain et de céréales en plus des fruits et des légumes sera le plus indiqué pour eux. Si vous êtes un grand amateur de viande, il serait bon de songer à passer à un régime lacto-ovo (laitages et œufs) végétarien. Vous pouvez commencer à faire la transition en incluant plusieurs portions de poisson et de volaille
dans votre plan de régime hebdomadaire. A mesure que vous trouverez davantage d’aliments fauves qui vous plaisent, vous pourrez diminuer graduellement les viandes et les poissons ; sans toutefois
les éliminer totalement de votre régime, mais en insistant de plus en plus sur la nourriture végétarienne.
Vous pouvez consommer toutes les sortes de graines excepté les jaunes : le maïs, le millet et le quinoa. Le sarrasin et le seigle sont trop forts pour vous, et il serait bon de ne pas abuser du riz. Il en cxiMe d’ailleurs plusieurs variétés, qu’il est conseillé de consommer en alternance (voir leur liste au chapitre 8, et la façon de les cuisiner). Toutes les légumineuses vous sont permises, sauf les lentilles rouges. Ajoutez, par exemple, des haricots à vos salades ou à vos plats de légumes. Ces aliments contenant des phytochimiques excellents pour les types Pitta, il ne faut surtout pas hésiter à les incorporer à la plupart de vos repas.
Les céréales sèches ou cuites vous conviennent bien et constituent un petit déjeuner rapide et nourrissant. Du pain complet fera aussi parfaitement l’affaire, mais faites en sorte de manger aussi un fruit rouge durant ce repas. Pour les en-cas, les fruits, les légumes et les graines conviendront très bien, ainsi que les chips et les crackers, à condition qu’ils soient sans sel ajouté.
Portez plutôt votre choix sur des chips de riz, de légumes ou d’algues, et sur du pain sans levain comme les galettes suédoises.

Les aliments blanc: huile, poisson, laitages, ceufs, viande et graines

Les types Pitta ne peuvent pas consommer d’huile aussi facilement que les Vata, mais certaines d’entre elles sont cependant essentielles à une peau saine et à un bon état cardio-vasculaire. Votre régime largement basé sur les grains et les légumineuses vous fournira de généreuses doses d’acides gras oméga-6, et les huiles de poisson vous apporteront les oméga-3 tout aussi importants pour votre organisme. Vous en profiterez en même temps pour éliminer peu à peu les graisses saturées et trans, qui interfèrent avec la capacité de votre corps à métaboliser ces oméga-6 et 3. Remplacez toutes les
matières grasses hydrogénées (margarine, assaisonnement, produits frits), ainsi que les graisses provenant du lait, du bœuf et du porc, par des huiles végétales et de poisson. Les graines de coquelicot et de noix de coco agrémenteront beaucoup de vos plats, et n’oubliez pas d’ajouter des châtaignes d’eau à vos fritures.
Les laitages, dont le lait, les fromages tendres, le beurre, ta crème, et les pâtes de fromage sont très bons pour les types Pitta. Choisissez des produits maigres ou allégés en graisse, et bio si possible. Vous pouvez aussi consommer tous les yaourts que vous désirez, surtout avec des fruits. C’est le seul laitage fermenté qui soit bon pour les Pitta, ceci parce que les bactéries lactiques transforment elles-mêmes le lait plutôt que d’avoir recours à un produit chimique. Recherchez si possible les yaourts à ferments vivants, dont les « bonnes » bactéries aideront à la digestion. Ils remplaceront parfaitement la crème fraîche pour vos sauces et accompagnements.
Les types Pitta trouveront des protéines supplémentaires dans les blancs d’œufs, qui leur serviront à faire des omelettes, ou qu’ils mangeront durs. S’il y a des types Vata dans votre famille, vous pouvez leur donner sans problème les jaunes d’oeuf restants. Dans le cas où vous consommez ces jaunes – saupoudrés sur des plats au four ou sur des salades, après les avoir écrasés à la fourchette -, vous en amoindrirez les effets négatifs en y ajoutant du curcuma.

Les aliments or : boissons, condiments et épices

Les types Pitta peuvent consommer toutes les boissons naturellement sucrées telles que les jus de pomme et de raisin. Les infusions sont essentielles au bon fonctionnement de votre organisme car elles ont un effet calmant (camomille, eau de mélisse) ou stimulant (hibiscus, menthe poivrée). Les infusions énergisantes comme le gingembre ou le ginseng sont trop relevées pour les types Pitta et devraient être réservées pour les moment où votre élément vert est en déséquilibre. Vous ne verrez aucune boisson alcoolisée répertoriée dans le tableau ci-dessous car elles sont trop échauffantes. L’alcool entraîne la chaleur corporelle vers la surface, réduisant ainsi l’énergie digestive et augmentant l’acidité gastrique. Chez les types Pitta, l’alcool a un puissant effet sur le système nerveux central et peut entraîner agressivité, confusion et perte de lucidité. L’alcool agit également sur la tension et peut souvent être cause d’arythmie cardiaque. Des herbes comme la coriandre, le basilic, l’aneth et la menthe seront essentielles aux types Pitta qui doivent éviter le sel. Vous apprendrez à les utiliser de plus en plus lorsqu’elles commenceront à remplacer le sel dans vos plats. Le poivre noir est excellent pour la digestion mais il ne faut pas en abuser non plus. Trop de poivre peut en effet échauffer votre système, et il faudra éviter le Cayenne en particulier. Vous pouvez vous offrir à l’occasion un bon chili, à condition d’utiliser du piment doux et d’en rehausser la saveur avec du cumin, de la coriandre et du persil.
Une autre épice très bénéfique aux types Pitta est le curcuma, un élément de la poudre de curry. Elle doit sa couleur jaune aux caroténoïdes qu’elle contient et a le pouvoir de combattre l’oxydation des graisses et donc le cholestérol LDL, principal responsable des lésions du système cardio-vasculaire.

Les graisses saturées

Les graisses saturées 300x188 - Les graisses saturées

La viande, particulièrement le bŒuf, le porc et l’agneau, contiennent des graisses saturées, solides à
température ambiante, et résistantes. Ne pénétrant pas les membranes cellulaires aussi facilement que les LCP, elles ont plutôt tendance à s’accumuler, ce qui, à la longue, finit par boucher les vaisseaux sanguins et endommager les cellules.

Les saveurs des aliments

Les saveurs des aliments1 300x293 - Les saveurs des aliments

L’âcreté

Les saveurs acres ou piquantes sont les meilleures pour les types Kapha. Les goûts de tous les bulbes, les tubercules et les racines son acres. De même que les épices aromatiques telles que la cannelle, le clou de girofle, le poivre de Cayenne, le romarin et le thym. Les Kapha sont le seul type à pouvoir manger de l’ail et de l’oignon cru. Les légumes acres tels que les choux de Bruxelles, le chou, le chou-fleur et le chou frisé vous sont particulièrement recommandés. Les saveurs piquantes sont légères, sèches et échauffantes – tout ce qui vous convient. Elles augmentent votre désir de bouger, de rechercher de gens intéressants et une vie plus excitante.

L’amertume

Les saveurs amères sont celles que l’on trouve dans les légumes feuillus et les germes des graines, qui favorisent la digestion. Elles sont légères et soulagent l’impression de lourdeur que vous ressentez dès que vous mangez quelque chose. La meilleure herbe amère et digestive pour un type Kapha est le fenugrec, que vous pourrez boire en infusion ou ajouter à vos aliments. C’est l’un des composants de base de la poudre de curry, auquel on aura additionné du curcuma, du gingembre,
du cumin, du fenouil et de la coriandre. Usez et abusez du curry, en choisissant des mélanges qui sont piquants et incluent du poivre rouge et noir. La poudre de curry combine idéalement les saveurs amères et relevées.

L’astringence

Les saveurs astringentes sont importantes pour les types Kapha. La plupart des légumes sont astringents ou piquants, et c’est la raison pour laquelle ils constituent vos aliments principaux. Les saveurs astringentes complètent les saveurs relevées en favorisant la circulation des fluides dans le sang et les vaisseaux lymphatiques. Les aliments qui les renferment sont connus pour consolider le système cardio-vasculaire. Les baies rouges, bleues, violettes et noires, les cerises, la peau des pommes et du raisin contiennent de puissants phytonutriments qui préviennent l’oxydation et les lésions des parois artérielles dues au cholestérol LDL. Les légumineuses tels le soja et le trèfle rouge contiennent des isoflavones également connues pour prévenir les maladies cardio-vasculaires. Beaucoup de fruits sont trop sucrés pour les types Kapha, et ceux-ci dépendent moins des céréales et des graines que les Vata ou les Pitta. Les produits laitiers ne leur sont pas très indiqués, pas plus que les glaces ou les aliments très froids.

Les saveurs des aliments

Les saveurs des aliments 300x210 - Les saveurs des aliments

Les types Vata supportent bien les aliments sucrés, salés et acides.

Le sucré

Les mets sucrés sont considérés comme les plus nourrissants. Les Vata peuvent manger pratiquement toutes les nourritures sucrées, en mettant l’accent sur les deux niveaux inférieurs de la pyramide, qui incluent tous les fruits et les légumes orange et jaunes, et la plupart des verts et des rouges, plus les graines complètes, les céréales et le pain.

Le salé

Les Vata sont le seul type à tolérer les aliments salés, et cela comprend les poissons de mer, les algues, le sel de table et la plupart des condiments. Bien que vous réagissiez mieux au sel que les Pitta ou les Kapha, vous ne devriez pas en consommer plus de deux ou trois fois par semaine.

L’acide

Cela comprend les laitages fermentes (fromage blanc, yaourt, kéfir) de votre programme de régime journalier. Le vinaigre, les agrumes, les aliments fermentes, les petits légumes en saumure sont d’autres aliments acides que vous pouvez manger fréquemment et sans contrainte, car ils augmentent vos capacités digestives. Vous trouverez à la fin de ce chapitre un choix d’aliments à utiliser dans votre programme de régime quotidien.

La température des aliments

La température des aliments2 300x145 - La température des aliments

Les types Kapha, s’ils ont une température chaude à l’extérieur, sont plus frais à l’intérieur. Leur peau est douce, souple et tiède au toucher, et leur métabolisme est en général lent et frais. Ils se situent quelque part entre les types Vata et Pitta, mais sans être aussi chauds que les Pitta ou aussi froids que les Vata. De ce fait, la température des aliments a moins d’importance pour les Kapha, qui peuvent consommer indifféremment de la nourriture crue ou cuite. Certains praticiens ayurvédiques recommandent néanmoins de ne pas manger du chaud en même temps que du froid – un bon conseil si votre digestion n’est pas extraordinaire ou si vous essayez de perdre du poids. Prenez donc des salades et crudités à un repas, et réservez pour un autre ce qui est cuit. Si ce n’est pas possible, consommez d’abord les aliments cuits, et ensuite les aliments crus, qui mettront plus de temps à être digérés.
Les céréales sèches et froides sont préférables pour vous. Vous devriez aussi griller votre pain afin d’en diminuer l’humidité. Choisissez des boissons chaudes ou à température ambiante, et prenez un verre d’eau de source non glacée avant chaque repas. Vous ne devez jamais boire d’eau glacée entre les plats, et il vous est conseillé d’attendre d’avoir terminé votre repas avant de boire quoi que ce soit, excepté un verre de vin. Le vin est en effet astringent, surtout le rouge, et les types Kapha sont les seuls à pouvoir tirer profit d’un peu de cette boisson.

Les effets échauffants et rafraîchissants des aliments

Les effets échauffants et rafraîchissants des aliments 300x180 - Les effets échauffants et rafraîchissants des aliments

Les aliments tiennent leurs qualités spécifiques des molécules qu’ils renferment, et c’est cela qui détermine leurs effets sur le corps humain. Leurs propriétés échauffantes ou rafraîchissantes sont étroitement liées aux phytochimiques qu’ils contiennent. Par exemple, le pouvoir échauffant du poivre de Cayenne est dû aux caroténoïdes rouges. Par ailleurs, le curcuma (safran des Indes), qui comprend des caroténoïdes jaunes, est rafraîchissant. Notre sagesse innée nous pousse à choisir les épices
et les aliments qui sont les meilleurs pour notre type, une fois que nous avons appris à nous mettre à l’écoute de notre corps. Vous devrez néanmoins savoir ce qui convient à vos besoins. Dans les listes que j’ai établies un peu plus loin, vous trouverez la classification des aliments ayant des propriétés échauffantes ou rafraîchissantes.

Quels sont vos aliments-couleur ?

Quels sont vos aliments couleur2 300x196 - Quels sont vos aliments-couleur ?

Épices et herbes

Types Vata

Vous pouvez manger toutes les herbes et les épices, excepté l’ail.

Types Pitta

Évitez le basilic, le laurier, la marjolaine, l’origan, le romarin, la sauge et le thym, ainsi que les épices trop relevées telles que le poivre de Cayenne, le paprika et la moutarde.

Types Kapha

Évitez les mélanges d’épices qui contiennent du sel ou du sucre.

Condiments et sucres

Types Vata

Vous pouvez manger tous les condiments que vous voulez, mais évitez ceux qui sont artificiels.

Types Pitta

Évitez les condiments qui contiennent du sel, du vinaigre et du piment. Tous les sucres sont bons pour vous sauf ceux qui sont artificiels.

Types Kapha

Vous pouvez manger de tous les condiments, excepté ceux qui sont acides, salés ou fermentes comme la sauce de soja. Évitez les sucres autant que possible.

Boissons

Types Vata et Kapha

Les meilleures infusions pour vous seront le gingembre, la cannelle, le clou de girofle, la cardamome, le zeste d’orange, la menthe, la camomille, le ginseng et l’hibiscus.

Types Pitta

Les infusions qui vous sont le plus bénéfiques seront la luzerne, la mûre, la bourrache, le chrysanthème, le pissenlit, le thé vert, la réglisse, la guimauve, l’ortie, la framboise, le trèfle rouge, la rose, le safran, la salsepareille et la fraise.

Types Kapha

Les meilleures infusions, en plus de celles mentionnées pour les Vata et les Kapha, seront la bardane, l’eucalyptus, le fenugrec et la graine de genièvre. Le café peut être consommé de façon modérée.

Saveurs à éviter

Saveurs à éviter 300x196 - Saveurs à éviter

Le sucré

On le trouve dans les fruits comme l’avocat, la banane, la noix de coco, les dattes, les figues, la papaye, l’ananas et les prunes. Les jus de fruits tropicaux et le jus de carotte sont trop sucrés pour les Kapha, mais le jus d’orange n’est pas contre-indiqué. Les graines et les légumes racines sont également sucrés, à cause de leur haute teneur en hydrates de carbone. En conséquence, les types Kapha ne peuvent pas en manger autant que les Pirta ou les Vata. Toutefois, les graines qui sont de
consistance plus sèche, comme le sarrasin, le maïs, le millet, l’avoine et le son d’avoine sont les mieux indiquées pour eux. Vous devrez cependant éviter les pains à base de blé.

Les sucres

Les sucres blanc et brun ne sont pas recommandés aux types Kapha. En revanche, le miel non raffiné, le malt d’orge, le sirop d’érable naturel et les jus de fruits concentrés passeront bien, à condition de les consommer avec modération. L’amasake est un lait de riz sucré que l’on peut utiliser à la place d’autres édulcorants ou de produits laitiers. Le sucre de datte peut aussi avoir le même usage.

L’acide et le salé

On trouve ces saveurs dans la plupart des condiments, dont le lait de coco, le miso (pâte de graine de soja fermentée), les olives, le ketchup, la sauce de soja, le vinaigre et les laitages fermentes (yaourt, fromage blanc, kéfir). Ces aliments favorisent la rétention d’eau, la prise de poids et la tendance à la léthargie. Puisque les Kapha sont sensibles à ces problèmes, éviter les aliments salés et acides aidera à en atténuer les conséquences désagréables.

Les boissons

Les boissons 300x200 - Les boissons

Le lait, le thé, les jus de fruits et légumes, et les bienfaits qu’ils procurent ont été présentés dans les chapitres précédents. Le café et le thé sont les boissons les plus consommées à travers le monde. Elles ont été analysées de long en large, tant pour leurs effets bénéfiques que nocifs.

Le café

Les boissons à la caféine comme le café, le thé et les colas, sont appréciées principalement parce qu’elles stimulent le système nerveux, qui contrôle les actions du cerveau, des glandes et des organes. Les effets de ces boissons portent sur la tension artérielle, le rythme cardiaque, la motilité et la sécrétion gastro-intestinales, la transpiration, la température du corps et le rythme respiratoire, des phénomènes que tout buveur de ce genre de boissons a déjà expérimentés. Toutefois, l’effet le plus puissant de la caféine concerne le cerveau. Elle augmente la vigilance et rehausse l’humeur – autrement dit, elle donne du pep ! Elle procure de l’énergie et aide à la concentration – du moins, si l’on n’en abuse pas. Car, dans ce cas, la caféine peut rendre une personne nerveuse, agitée et insomniaque. Les effets de la caféine provenant du thé et du café sont sensiblement les mêmes, le thé provoquant cependant moins d’insomnies, selon une étude récemment réalisée par des
chercheurs britanniques.
La caféine resserre les vaisseaux sanguins et réduit la circulation du sang vers le cerveau, ce qui peut provoquer des maux de tête et diminuer la mémoire à court terme. Paradoxalement, le café peut aussi soulager la migraine et accroître jusqu’à 40 % l’action des remèdes antidouleur. Ces effets sont plus prononcés chez les gens âgés. Et, bien que la caféine soit une substance créant une dépendance et des changements d’humeur, elle ne laisse aucune trace dans l’organisme dès qu’on
cesse d’en absorber.
Le café peut aussi avoir des effets nuisibles sur la tension et les lipides sanguins, tous deux étant des facteurs de risque de maladies cardio-vasculaires. Une équipe de recherche néerlandaise a rapporté que la consommation d’un litre de café par jour chez 64 personnes saines, âgées de quarante ans, avait élevé de 10% leur taux d’homocystéine dans le sang. L’homocystéine est considérée comme un indicateur de risque de maladies cardio-vasculaires. On avait utilisé pour cette étude du café sous pression, non filtré. La façon dont le grain est moulu fait-elle une différence ? Oui, selon un groupe de chercheurs espagnols. Il semblerait que les constituants qui causent ces effets nuisibles
soient plus concentrés dans le café non filtré que dans celui qui s’écoule à travers un filtre.
D’autres scientifiques ont découvert que boire plus de deux tasses de café par jour est sans danger, mais risque de causer des troubles chez ceux dont les enzymes du foie sont affaiblies, ou dont la tension est élevée.
Pour les hommes, le fait de boire du café peut être associé au développement du cancer de la prostate. Au cours d’une enquête s’étalant sur deux ans et impliquant 3 400 hommes, des chercheurs canadiens ont estimé que le risque de contracter ce cancer augmentait de 40 % avec une prise quotidienne de café. L’arthrite rhumatoide est également liée à la consommation de café. À l’issue d’une étude réalisée sur 18 981 hommes et femmes, des scientifiques finlandais ont déclaré que quatre tasses de café (ou plus) par jour augmentaient également les risques d’arthrite rhumatoïde.
Un autre effet néfaste de la caféine est d’affaiblir le sphincter, le muscle qui ferme le canal urinairc. Deux études ont montré que, plus une femme boit de café, plus elle risque de souffrir d’incontinence. Bien que ce symptôme ait tendance à s’accroître avec l’âge, il a été remarqué chez des jeunes femmes qui buvaient au moins entre 100 et 400 mg de caféine par jour. Quant à celles qui en absorbaient davantage, le problème s’avérait bien sûr nettement plus important. Le café a aussi un grand nombre d’avantages. Le Dr Edward Giovannucci et ses confrères de la Harvard Médical School, à Boston, ont découvert que cette boisson semblait réduire la formation de calculs biliaires. Après avoir analysé des données portant sur dix ans de recherches réalisées auprès de 46 008 hommes, ils ont conclu que ceux qui buvaient deux ou trois tasses de café par jour avaient un risque de calculs biliaires diminué de 40 %, par rapport à ceux qui n’en prenaient pas régulièrement. Et, ceux qui en buvaient quatre tasses ou plus voyaient ce même risque baisser de 45 %. Un des phytochimiques présents dans le café, le cafestol, peut affecter la concentration du cholestérol biliaire et
diminuer la synthèse des sels biliaires, prévenant ainsi la formation de calculs. Le café stimule le transit intestinal, et peut contribuer à prévenir le cancer du côlon. D’autres recherches ont montré que la consommation de café (au moins 1 litre de café par jour) pouvait diminuer de façon sen-
sible l’occurrence de la maladie de Parkinson.
D’autres bienfaits sont liés au café : diminution de l’acide urique, un des facteurs responsables de la goutte ; réduction de l’absorption du fer, un facteur de risque de maladies cardio-vasculaires chez certaines personnes. Toutefois, les femmes qui ont besoin de fer doivent tenir compte du fait que boire du café au milieu des repas peut diminuer l’assimilation du fer et du calcium. Toutes ces données peuvent vous paraître un peu confuses, mais sachez que je vous rapporte ici les « dernières nouvelles » sur le café. Voici quelques conseils qui vous aideront à équilibrer vos couleurs :
• Le café normal (non décaféiné) est à éviter si vous êtes du type Vata ou Pitta.
• Buve:-en de façon modérée ; une à deux tasses par jour ne feront pas de tort aux Kapha, surtout s’il est filtré.
• Le café décaféiné a moins d’impact sur le système nerveux, et peut être plus souhaitable pour les
Vata.
• Si vous avez de la tension, de l’arythmie cardiaque, du diabète ou si vous souffrez des reins,
éliminez totalement le café.
• Évitez d’y ajouter du sucre ou de la crème, si vous êtes du type Kapha.

Les tisanes

Leurs bienfaits sont depuis longtemps indiscutables. Plusieurs, parmi les plus connues, sont citées dans le tableau des herbes et des épices. Les recherches réalisées sur la menthe, le carvi et la camomille ne manquent pas d’intérêt. La menthe poivrée est traditionnellement recommandée aux personnes souffrant de dyspepsie, de crampes et de maux d’intestins. L’huile de menthe, en particulier, a donné des résultats très positifs dans le cas d’irritations intestinales. Des cher-
cheurs allemands ont testé 118 patients souffrant d’infections gastriques. On a administré à la moitié d’entre eux un médicament pour les intestins, tandis que l’autre moitié était soignée avec une préparation d’huile de carvi et de menthe. Les deux groupes ont bien réagi à leur traitement, et les huiles à base d’herbes se sont avérées aussi efficaces que le médicament. L’huile de menthe poivrée a aussi la capacité de soulager les nausées postopératoires.

Les sucres et les édulcorants

Les sucres naturels comme le fructose, le sirop d’érable et la mélasse, ont un index glycémique très
élevé (voir le chapitre 9) et doivent être utilisés avec modération. Les édulcorants artificiels, dont l’aspartam, ont tous des effets secondaires et doivent donc être évités.

Âge et activité physique

ge et activité physique1 300x199 - Âge et activité physique

Avec l’âge, le niveau d’activité physique ralentit naturellement, et nous avons donc besoin de moins de calories. Certains nutritionnistes calculent cette diminution du besoin journalier de calories par tranches d’une dizaine d’années. Cependant, si nous maintenons notre niveau d’activité, nous n’avons pas besoin de tenir compte du vieillissement. Vous trouverez sur mon site comment déterminer le nombre idéal de calories à absorber quotidiennement suivant votre niveau d’activité. Pour comptabiliser les calories dans votre programme de régime, sachez que tous les légumes féculents ont la même composition nutritionnelle que les grains et sont répertoriés dans le même groupe. Si vous décidez de déplacer un choix de légume dans la colonne « grains » parce que c’est un féculent, celui-ci remplacera donc une portion de grains, et il faudra ajouter un autre légume vert à votre ration du jour. A présent, nous allons étudier le plan de menus quotidiens pour une femme de type Combiné. Comme pour les hommes, ce programme maintient un rapport correct entre les pourcentages de calories des hydrates de carbone, des protéines et des graisses. Pour les femmes, la proportion sera de 55 % pour les glucides, 20 % pour les protides et 25 % pour les lipides.

Plan de repas Combiné

Ce programme convient à une femme mesurant 1,65 m, pesant environ 60 kg et ayant une activité phy-
sique relativement basse. Par activité basse, j’entends un travail de bureau et de l’exercice deux ou trois fois par semaine. Le rapport taille/poids de cette femme atteint l’index de masse corporel idéal : 22. Celles qui sont enceintes devraient augmenter leur nombre de calories journalières de 20 % ; et celles qui allaitent de 30 %. Pour calculer votre besoin basique de calories, prenez en considération votre poids d’avant la grossesse. Si vous étiez en surpoids juste avant d’être enceinte, demandez conseil à votre médecin. Encore une fois, pour un calcul plus exact, si vous
décidez de déplacer un choix de légume dans la colonne « grains » parce que c’est un féculent, celui-ci remplacera donc une portion de grains, et il faudra ajouter un autre légume vert à votre ration du jour.
Maintenant que nous avons établi le nombre de rations nécessaire pour chaque aliment, voyons cornment vous pouvez planifier vos menus quotidiens.

Tag "alimentation" | Regime Colore | le pouvoir des nutraceutiques pour la santé