Tag Archives: ambiante

Les autres huiles bénéfiques

Les autres huiles bénéfiques 300x149 - Les autres huiles bénéfiques

L’huile de son de riz n’a pas attiré l’attention des scientifiques autant que les huiles de poisson. Cependant, des clïercheurs asiatiques et indiens ont prouvé que l’huile de son de riz avait le pouvoir d’abaisser le taux de cholestérol de manière bien plus efficace que les autres huiles végétales. Cette huile constitue également une source unique de gamma-oryzanols, de tocophérols (vitamine E) et de tocotriénols, des phytochimiques très bénéfiques. Les tocophérols diminuent les troubles liés a l’oxydation, tandis que les tocotriénols semblent agir directement sur le foie, en réduisant la synthèse du cholestérol. L’huile de riz est l’une des cinq huiles végétales à contenir de l’acide alpha-linolénique (2,2 %), le fameux oméga-3, les quatre autres étant les huiles de lin, de noix, de colza et de graine de potiron. Les résultats de deux études réalisées aux États-Unis
ont confirmé ceux des expériences asiatiques. Les auteurs de cette recherche ont émis l’idée que d’autres phytochimiques présents dans l’huile de ri: pouvaient être la cause des bienfaits observés.

Les tocophérols et les tocotriénols

Les huiles de son de riz, d’orge, de palme, de maïs, d’olive et de graine de soja contiennent le complexe naturel de vitamine E, qui inclut quatre tocophérols et quatre tocotriénols. En 2000, deux nouveaux tocotriénols importants ont été découverts par le Dr Asaf Qurcshi et ses confrères de l’Advance Médical Research, a Madison.
Les huiles de maïs, de graine de soja et d’olive contiennent principalement des tocophérols, alors que les huiles de riz, de palme et d’orge constituent les sources les plus riches de tocotriénols. Les composés de vitamine E sont les principaux antioxydants des membranes cellulaires. (Nous avons parlé, au chapitre 5, de leur rôle et de leur interaction avec les caroténoïdes). La protection cardio-vasculaire est l’un des bienfaits majeurs de ces phytochimiques. Le Dr Lester Packer et ses confrères de l’université de Californie, à Berkeley, ont montré que les tocotriénols aidaient à prévenir l’oxydation due au LDL, le « mauvais • cholestérol. Plusieurs autres facteurs responsables de l’évolution des maladies cardio-vasculaires ont aussi été réduits grâce aux tocotriénols.
Les tocotriénols font partie d’une famille d’antioxydants protecteurs aux propriétés anticarcinogènes. Ils se positionnent à l’intérieur des membranes et aident à combattre les effets mutagènes ainsi que la prolifération des cellules tumorales. Les tocotriénols, les tocophérols et les caroténoïdes améliorent les communications intercellulaires, ce qui constitue un élément essentiel dans la lutte contre le cancer. Ces phytochimiques préviennent en effet l’oxydation de l’ADN, qui
aurait pour effet de casser les chromosomes – un premier pas vers le vieillissement cellulaire et un éventuel début de cancer. L’huile d’olive semble avoir un effet protecteur sur les membranes du côlon. Alors que la consommation de viande a pour effet d’inhiber une enzyme censée aider les cellules de la muqueuse du côlon à proliférer – cela laissant tout loisir aux tumeurs de se développer – l’huile d’olive, elle, augmente l’activité de cette enzyme.
Les cellules de la muqueuse du côlon, comme celles du système digestif, se détruisent et doivent être remplacées chaque jour. En préservant le mécanisme de croissance des cellules du côlon, l’huile d’olive aide à maintenir l’intégrité de la muqueuse et à empêcher le développement des tumeurs. Cette huile contient plusieurs caroténoïdes et des xanthophylles. L’avocat fournit également une huile monoinsaturée dont les bienfaits sont largement reconnus. Plusieurs études ont montré que l’huile d’avocat diminuait le cholestérol LDL et les triglycérides. Ces résultats sont corroborés par deux autres tests, l’un basé sur le fruit de l’avocat, et l’autre utilisant de l’huile d’avocat accompagnée d’un régime végétarien.
L’acide linoléique conjugué Manger du bœuf est déconseillé car cette viande est principalement constituée de graisses saturées. Nous verrons dans les chapitres suivants que les plans de régime limitent sa consommation a une fois par mois. Cependant, le bœuf et le lait de vache contiennent un
autre type de graisse, qui a des effets anticancéreux et peut aider a perdre du poids. Appelé acide linoléique conjugué (ALC), il regroupe des acides gras isomères (même structure chimique mais propriétés différentes).
La présence des ALC chez les bovins est connue depuis qu’on en a trouvé par hasard, en 1987, dans un
hamburger cru. Par la suite, on a découvert que cet ALC était mieux utilisé par le corps lorsque la viande était cuite. L’acide linoléique conjugué a de remarquables propriétés préventives contre le cancer, le diabète, les inflammations, le cholestérol et les triglycérides. Il peut agir de façon efficace sur la perte de poids, en transformant les graisses en masse musculaire.
Les compléments constituent le meilleur moyen d’absorber cet acide gras car les aliments qui le contiennent ne sont pas sains.

Les saveurs à éviter

Les saveurs à éviter1 - Les saveurs à éviter

L’acidité et le salé

Les saveurs aigres et salées sont les pires pour les types Pitta et, bien que ce soit le premier aliment « rouge » auquel on pense, les tomates sont très acides et ne leur conviennent pas du tout. Sous toutes leurs formes, qu’elles soient fraîches, en ketchup, en jus ou en coulis, elles sont source d’irritation. D’autres aliments comme les petits légumes marines, les olives ou le vinaigre ne vont pas aux Pitta. Vous pouvez, cependant, utiliser du citron ou son jus, à condition de ne pas en abuser. Malgré l’acidité qu’il apporte, ce fruit n est pas un aliment échauffant ; il remplacera le
vinaigre dans les sauces que vous préparerez. L’absorption d’aliments acides vous causera non seu-
lement une sensation de brûlure dans l’estomac et le duodénum, mais pourra aussi vous provoquer des éruptions cutanées, de l’urticaire et, éventuellement, des ulcères dans la bouche et le tube digestif. L’excès d’acidité dans votre organisme se manifestera également par les traces noires que votre peau laissera sur vos bagues et autres bijoux lorsque vous les portez plusieurs heures. Trop de sel concourra à augmenter les inflammations, les capillarités et les problèmes dermiques, et à accélérer la formation des rides et la chute des cheveux chez les types Pitta.

L’âcreté

Les saveurs les plus relevées se trouvent dans la famille des poivres, et dans certaines racines et tubercules. Elles peuvent aussi créer des sensations de brûlures, une forte soif et même de la fièvre. Les aliments piquants ou acres sont principalement les choux de Bruxelles, les petits pois et le chou frisé. Le chou-fleur et le chou ont deux saveurs : ils sont aussi acres qu’astringents. Vous devrez donc juger par vous-même comment ils agissent sur votre organisme. Si vous sentez qu’ils ne vous conviennent pas, évitez-les.

Les graisses saturées

Les graisses saturées 300x188 - Les graisses saturées

La viande, particulièrement le bŒuf, le porc et l’agneau, contiennent des graisses saturées, solides à
température ambiante, et résistantes. Ne pénétrant pas les membranes cellulaires aussi facilement que les LCP, elles ont plutôt tendance à s’accumuler, ce qui, à la longue, finit par boucher les vaisseaux sanguins et endommager les cellules.

Les poissons et leurs huiles : des agents préventifs contre la maladie

Les poissons et leurs huiles des agents préventifs contre la maladie 300x200 - Les poissons et leurs huiles : des agents préventifs contre la maladie

Les maladies cardio-vasculaires

De nombreuses données, réunies entre 1959 et 1996, ont fait apparaître le lien étroit qui existait entre une alimentation riche en huiles marines et le faible taux des maladies de cœur parmi les Indiens d’Amérique. Des recherches, sur l’alimentation des Inuits en particulier, se sont révélées d’un grand intérêt car ces populations présentaient des taux extrêmement faibles de diabète, malgré une grande consommation de graisses.
On a constaté en effet que la consommation quotidienne de poissons gras, surtout ceux qui proviennent des eaux froides, comme le saumon, le hareng, le thon, l’anchois, le maquereau et la truite, avait le pouvoir d’augmenter le taux de HDL (agent du « bon » cholestérol), de baisser celui du cholestérol total, et d’augmenter la viscosité du sang. Une autre étude intéressante a été réalisée sur des populations de sept régions du monde, s’étalant cette fois sur vingt-cinq ans. On a cherché à identifier quels facteurs diététiques, à part le fait de manger du poisson, pouvaient prévenir les maladies cardio-vasculaires. Les scientifiques ont découvert que les Néerlandais et les. Finlandais étaient ceux qui consommaient le plus de produits laitiers, et affichaient le taux le plus élevé de
décès dus à des maladies cardio-vasculaires, soit 268 pour 1 000. D’autre part, ceux qui présentaient le taux le plus bas de décès dus aux mêmes causes étaient les Cretois : 24 pour 1 000. Ces gens, comme ceux d’Italie, avaient une alimentation riche en poisson, légumes, légumineuses et huile d’olive, avec une faible consommation de vin. C’est ainsi que cette étude et celles qui ont suivi ont donné naissance au concept de la fameuse « alimentation méditerranéenne -, dont nous vous présentons la pyramide.
Des taux très bas de maladies cardio-vasculaires ont été notés au Japon, également, que l’on a associés à une importante consommation de soja, de céréales et de poisson. En comparaison, le taux élevé de ces maladies chez les Américains a été directement lié à leur trop grand amour pour la viande, les produits laitiers et les aliments traités.

Tag "ambiante" | Regime Colore | le pouvoir des nutraceutiques pour la santé